Assurance crédit : choisir son contrat en ligne

Assurance crédit

L’emprunteur et l’organisme prêteur trouvent autant d’intérêt dans l’assurance crédit. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, elle s’avère très utile et protège à la fois les deux parties. Comment bien choisir son assurance crédit et sur quels critères ? Quelles sont les étapes de souscription ?

Assurance crédit : définition et intérêt

Communément appelée assurance emprunteur, l’assurance crédit garantit le remboursement d’un prêt contracté en cas de décès, d’invalidité, de perte d’emploi ou d’hospitalisation de l’emprunteur. Elle s’applique à tout type de crédit, notamment le crédit immobilier, le crédit à la consommation ou le crédit-bail. Il est donc nécessaire de souscrire une assurance crédit pour la sécurité de l’emprunteur, de sa famille ainsi que de l’organisme prêteur. En effet, il s’agit d’un contrat de prévoyance qui permet de se prémunir des risques d’incapacité de paiement des mensualités. Grâce à l’assurance crédit, l’emprunteur et ses proches seront protégés en les évitant la saisie de leurs biens. Il incombe à l’assureur de prendre en charge du capital restant dû de la banque. D’un autre côté, cette dernière pourra récupérer la somme prêtée sans risque. L’assurance emprunteur est facultative, toutefois, plus le crédit est important et plus la banque l’exige pour garantir l’emprunt. La souscription à ce type d’assurance fait partie des conditions d’obtention de certains prêts, requises par l’établissement prêteur. L’assurance de crédit Sofinco dispose d’une gamme complète de produits de prévoyance pour aider les particuliers à concrétiser leurs projets ou à réaliser leurs besoins quelconques.

Comment choisir son assurance crédit en ligne

Il convient de préciser que l’emprunteur peut adhérer au contrat d’assurance groupe proposé par l’établissement prêteur comme il peut souscrire un contrat d’assurance individuel auprès de l’assureur de son choix. Dans le second cas, une délégation d’assurance s’avère utile. Ainsi, il est impératif que le contrat présente un niveau de garantie au moins équivalent à celui proposé par l’établissement de crédit. Ce dernier est tenu de transmettre à l’emprunteur une fiche standardisée d’informations mentionnant les garanties d’assurance. Cette fiche permet de comparer les offres d’assurance. Souscrire une assurance crédit dans un organisme autre que celui du prêteur permet à l’emprunteur d’économiser une somme considérable et réduire le coût global du crédit. Pour trouver une bonne assurance crédit, le mieux est d’avoir recours à des comparateurs d’assurance en ligne selon son profil. L’outil comparateur permet de comparer les offres et de faire une simulation selon le profil de l’emprunteur. Ainsi, cela permet de connaître le coût des cotisations. Un service d’accompagnement en ligne ou par téléphone est mis à sa disposition pour le choix de son assurance. Il se trouve que ces sociétés proposent des offres de plus en plus perfectionnées, de plus le service est gratuit. Il suffit de répondre à un questionnaire demandant la date de mise à disposition des fonds en cas de nouvel emprunt, sinon le mois d’échéance du contrat actuel, le montant de l’emprunt, le type du prêt, son taux ainsi que sa durée.

Les critères à prendre en compte avant de choisir son assurance emprunteur

Le meilleur contrat d’assurance crédit est celui qui correspond à son âge, à sa situation personnelle et personnelle et aussi à ses facteurs de risques (risque médical, risque professionnel et les activités pratiquées). Pour un meilleur choix de son assurance crédit, il est judicieux de considérer certains points importants. Pour cela, vérifier le mode de calcul des cotisations : sur la base du capital emprunté ou sur la base du capital restant dû, puis comparer par le prix total de l’assurance. Par exemple, l’assurance de crédit Sofinco propose des cotisations fixes pour une maîtrise totale du budget. Ensuite, s’assurer de l’irrévocabilité des garanties et des primes, c’est-à-dire que tout changement de situation n’aura aucun impact ni sur les cotisations mensuelles ni sur la couverture. Outre cela, observer le taux de couverture ou quotité d’assurance correspondant au pourcentage de l’emprunt que l’assureur couvre. Par ailleurs, bien vérifier les franchises et les exclusions de garanties. De surcroit, bien regarder les garanties, certaines peuvent être utiles comme l’assurance chômage en cas de perte d’emploi. Aussi, s’informer du délai d’adhésion, une semaine en moyenne s’il n’y a aucune formalité médicale, dans le cas contraire cela peut prendre trois semaines. Puis, choisir l’assurance crédit qui ne demande aucun frais supplémentaire. Et enfin, il convient de respecter l’équivalence des garanties avec le contrat de groupe de l’établissement prêteur.

Les étapes de souscription

Si l’emprunteur décide d’accepter l’assurance de groupe du prêteur, il est tenu de lui faire une déclaration par lettre recommandée, et ce pour que le contrat d’assurance prenne effet. S’il décide la délégation d’assurance, la fiche standardisée d’informations sert de vérification d’équivalence des garanties entre le contrat d’assurance crédit choisi et celui du prêteur. Une fois que l’emprunteur a fait son choix, il doit fournir quelques informations nécessaires, notamment un questionnaire de santé pour l’appréciation du risque. En fait, son état de santé présente des impacts sur le coût et les conditions de l’assurance crédit. Toutes les informations fournies doivent être exactes au risque d’être sanctionné. Si l’assureur se rend compte de la fausse déclaration ou de l’omission lors de la souscription, il peut refuser le dossier ou appliquer une surprime. S’il la découvre après la souscription, il sera en droit de ne pas indemniser ou réduire l’indemnisation de l’emprunteur en cas de sinistre. La décision de l’assureur se révèle être une étape essentielle. Il peut accepter sans problème si l’état de santé de l’emprunteur ne présente aucun risque. Dans le cas inverse, il a le choix entre appliquer une surprime, imposer des exclusions ou refuser le dossier. Dans ce dernier cas, l’emprunteur peut ester en justice pour contester son invalidité ou son incapacité. Dans ce cas, il peut faire une contre-expertise chez un médecin expert attestant son état. En cas de désaccord entre les deux médecins, un troisième médecin vient trancher. L’assureur et l’emprunteur se partageront les frais.

Exit mobile version